NATURE & PROGRES,  
une mention contrôlée...pour notre santé et celle de la terre 

NATURE & PROGRES, née de la contestation de l’agriculture industrialisée en 1964, est maintenant l'une plus anciennes organisations de l'agriculture biologique en France et en Europe. Elle rassemble des professionnels et des consommateurs autour d'un objectif commun : promouvoir une agriculture respectant le vivant, ce qui la met à la pointe du développement de l’agro-écologie.

NATURE & PROGRES gère une marque associative privée (ou mention). Comme un label, elle est conditionnée au respect d’un certain nombre d’exigences détaillées dans ses cahiers des charges et sa charte. La mention Nature & Progrès n’apporte pas une certification " Agriculture Biologique ".

L’attribution de la mention s’effectue dans le cadre des Systèmes Participatifs de Garantie (SPG) qui rassemblent les adhérents consommateurs et professionnels.

Les SPG et leurs outils pédagogiques repositionnent la garantie au cœur de dynamiques locales. Au-delà de la simple certification, ils encouragent à une amélioration continue des pratiques tout en permettant le partage d’orientations communes.

Ainsi, les SPG de Nature & Progrès s’organisent autour de trois niveaux de travail :

- Les enquêtes de terrain, menées par des enquêteurs expérimentés accompagnés de volontaires, en toute transparence et dans le respect d’un engagement déontologique et de confidentialité. Le but de l’enquête est de contrôler la conformité des pratiques tout autant que de stimuler une évolution continue de celles-ci dans le sens de la charte Nature & Progrès.

- Les réunions des COMAC (Commissions Mixtes d’Agrément et de Contrôle), commissions locales chargées de l’évaluation collective des rapports d’enquête. Les COMAC émettent un avis sur l’attribution de la mention N&P, proposent des améliorations, corrections ou sanctions pour faire progresser le questionnement et la démarche globale du professionnel.

- L’agrément final de la Fédération nationale, responsable de l’attribution la mention, garantit la cohérence et le bon fonctionnement de l’ensemble. La COMAC fédérale en est l’organe exécutif : elle habilite les COMAC locales annuellement, vérifie l’adéquation avec les cahiers des charges et la charte.